Publiée le 1 avril 2020

Actualité

Coronavirus : L'entraide de proximité

Des gestes solidaires s'organisent dans les communes pendant l'épidémie de coronavirus. L'exemple des Gonds.

© DR

De nombreuses initiatives sont prises dans cette période de crise sanitaire où chacun souhaite se montrer solidaire. C'est le cas aux Gonds, commune de 1700 habitants en Charente-Maritime, où l'équipe municipale a développé dès les 1ers jours l'opération "Solidarité Gontaise", un dispositif d'entraide de proximité. Des gestes solidaires s'organisent ainsi au sein de la commune pendant l'épidémie de coronavirus. Interview d'Alexandre Grenot sur le sujet.

© DR

Présentez-vous

Alexandre Grenot, 37 ans, Agriculteur, Vice-Président au Département de la Charente-Maritime, en charge de la citoyenneté et Adjoint au Maire dans la commune des Gonds.

Avant de lancer cette opération, aviez-vous connaissance du nombre de personnes isolées à soutenir ?

Grâce au Centre Communal d’Action Sociale de la commune, nous disposions d’une liste précise de personnes isolées. D’autres personnes vivent seules : les parents divorcés, certains jeunes actifs… Avec l'équipe municipale, nous nous sommes mobilisés afin d’accompagner toutes ces personnes seules et/ou fragiles. Natif des Gonds, j'ai aussi l'avantage de connaître un grand nombre d’entre eux.

Quels outils avez-vous mis en place aux Gonds pour faciliter l'entraide?  

Depuis le 16 mars, nous avons lancé l’Opération « Solidarité Gontaise ». Il s’agit d’un réseau d’entraide entre habitants. Nous avons commencé par installer des panneaux dans les lieux de passage où chacun peut inscrire ses besoins et faire des propositions pour venir en aide aux autres. Les Gontais peuvent aussi s’y inscrire par SMS ou par mail.
Puis nous avons mis en œuvre l’opération « Alerte SMS » afin de communiquer des informations pratiques ou sanitaires à l’ensemble des habitants. Et pour les plus connectés, nous avons créé une page Facebook « Mairie Les Gonds ». Nous y relayons les actualités. Et en cette période de confinement, nous diffusons des idées d'activités pour les enfants, des recettes de cuisine ou des séances de sport en ligne. Toutes ces nouvelles opérations ont également été relayées dans une lettre municipale, imprimée et distribuée à tous les Gontais.

Les habitants se sont-ils mobilisés ? Des exemples d'aides apportées par les uns et les autres ?

Oui, en une semaine, nous avons déjà traité un grand nombre de demandes issues de l’opération « Solidarité Gontaise », 80 personnes se sont inscrites à l’alerte SMS et déjà 450 personnes suivent les actualités de notre page Facebook. Concrètement, ça passe par la livraison de repas à domicile, de produits de première nécessité, de médicaments, ou encore assister quelqu'un par téléphone pour effectuer une démarche sur internet. Nous veillons aussi à l’état de santé de nos aînés.

Comment concilier cette initiative et la contrainte du confinement ? 

Malgré le confinement, mes priorités en tant qu’élu de proximité sont : la solidarité et les actions d’entraide. Mais en parallèle, il est nécessaire d'informer sur le respect des gestes barrières pour ne pas diffuser le virus davantage.

Diriez-vous qu’il faut « inventer de nouvelles solidarités » durant cette crise sanitaire ?

Non, il n’y a rien à inventer. Chaque action de solidarité, qu’elle soit individuelle ou collective, compte. Nous pouvons tous être confrontés à des situations douloureuses un jour. C’est pourquoi, il est indispensable de perpétuer les actions solidaires. Aux Gonds, grâce à cet élan d’entraide, je pense que nous serons plus forts demain, après cette crise sanitaire.