Coronavirus : le Département répond à vos questions

En savoir plus

Publiée le 31 décembre 2019

Actualité

Trésor d'archéo

Statuette d’une déesse-mère antique découverte à Saint-Saturnin-du-Bois.

© Dept17

Objet du Mois  

Statuette d’une déesse-mère antique.

Date et Lieu de la Découverte

Octobre 2019, rue du Lavoir, aux abords de la villa gallo-romaine à Saint-Saturnin-du-Bois.

Par Qui ?

Le service archéologique du Département.

la découverte

La statuette représente une déesse-mère assise dans un fauteuil à haut dossier en osier tressé, tenant dans ses mains, contre sa poitrine, un bébé qui tète son sein. Ses pieds, chaussés, reposent sur un petit piédestal qui ne fait qu’un avec le fauteuil. Elle est vêtue d’une robe à manche longue recouverte d’une draperie au col en V ouvert, qui s’étale sur son corps en faisant des plis souples. Une grande partie de la base (pieds, piédestal et bas du fauteuil) est manquante ainsi que la tête, fracturée au niveau du cou. Le trou d’évent qui sert au procédé de moulage est en revanche visible sur l’un des côtés. Cette statuette a été retrouvée brisée en trois morceaux.

Ce type de figurine représente une déesse-mère appelée Matrae, Matres ou Matronae, divinité très populaire honorée dans toute la Gaule après la conquête romaine.

 Elle symbolise les divinités féminines de la famille et passe pour la protectrice des enfants, de la maternité (fécondité) et de l'abondance (en tant que déesse nourricière). Produite par les ateliers de l’Allier entre les Ier et IIIe siècles de notre ère, elle se retrouve couramment en Gaule : on en recense à Saintes, Arles, Rezé, Reims, Auxerre ou encore Sarraltroff en Lorraine.

Un fragment d’une statuette identique a été découvert sur le site lors de la fouille préventive de 2008, mais il n’en reste que la base.

Contexte de la découverte

Le projet de pose d’un réseau d’assainissement collectif et de la construction d’une station d’épuration mené par le Syndicat des Eaux de la Charente-Maritime (Eaux 17) sur la commune de Saint-Saturnin-du-Bois a conduit à la réalisation d’un diagnostic archéologique dans l’ensemble du bourg. Ces aménagements passent notamment aux abords de la villa antique fouillée par le Département depuis 2008.

L’exploration de la rue du Lavoir, passant le long du site archéologique, a révélé la suite des vestiges en dehors de la zone fouillée. Les murs d’un bâtiment, des niveaux de circulation ainsi qu’une fosse contenant un riche mobilier ont été découverts sous un épais niveau d’abandon des lieux. La richesse du mobilier issu de la fosse et sa répartition évoquent un dépôt volontaire à vocation cultuelle. Furent découverts un crâne complet de cheval posé sur un grand fragment de tuile antique, 168 fragments de jattes, de pots, de coupes ou de vases, des éclats de récipients en verre, des fragments de bijoux (boucles d’oreilles), des outils en fer (pelle, lames de couteau, serpettes…), un outil à abrasion en pierre, un manche de couteau en os, des gros fragments de trois meules, une applique de harnais en alliage cuivreux, et enfin une statuette en terre cuite blanche.

© AD17