Publiée le 5 février 2020

Actualité

Fleuve Charente : la Grande Mulette est arrivée

Le Département a lancé un chantier unique en France, sur plusieurs années, afin de diminuer les risques d'inondations du fleuve Charente.

La Grande Mulette

- © departement17

stopper l'envasement DU FLEUVE

En octobre dernier, le Département a lancé un grand chantier de dévasement du Fleuve Charente près de Saint-Savinien afin de stopper l'envasement et ainsi limiter les risques d'inondations.

Avec quelques semaines de retard à cause des fortes crues de cet hiver, la drague "la Grande Mulette" est arrivée sur le site fin janvier. Les 1ers prélèvements de sédiments ont ainsi pu commencer, ce jusqu'à fin mars.

La grande mulette, une drague conçue pour cette opération

Cette drague a été conçu spécifiquement pour ce chantier, notamment afin de franchir les 4 ponts du fleuve entre Rochefort et Saint-Savinien.

Comment ça fonctionne ?

La drague cure le fond de la Charente, à l’aide d’une pompe et d’une fraise qui racle le sol, ce jusqu'à 4 mètres de profondeur. La mixture (mélange d'eau et de sédiments) est refoulée dans une canalisation longue d'1km pour arriver dans des bassins de décantation aménagés pour le chantier. 

© DR

Les bienfaits des sédiments pour les terres agricoles

L'objectif de ce projet est aussi de valoriser les sédiments qu'on extrait du fleuve. C'est pourquoi, dans plusieurs mois, après assèchement et analyse, les sédiments seront valorisés sur des terrains agricoles.

© departement17

la grande mulette, pourquoi ce nom ?

La Grande Mulette est une moule d’eau douce. Au cours des 30 dernières années, cette espèce a vu ses effectifs se réduire de plus de 90 %. Très sensible à la qualité de l’eau, la pollution empêche le mollusque de se reproduire. Outre la réduction des inondations, l'objectif de ce chantier de dévasement est aussi la sauvegarde des espèces aquatiques du fleuve, dont fait partie la Grande Mulette.

Le chantier de dévasement durera 6 à 8 ans. Plusieurs campagnes de dragage seront nécessaires pour extraire jusqu'à 600 000 m3 de vase, sur 12 km.