Publiée le 25 octobre 2019

Actualité

Le dévasement de la Charente va bientôt commencer

Le Département lance ce chantier unique en France, sur plusieurs années, afin de diminuer les risques d'inondations du fleuve.

© DR

Un chantier unique en France

Le Département a lancé un vaste chantier de dévasement du Fleuve Charente près de Saint-Savinien afin de stopper l'envasement et ainsi limiter les risques d'inondations. Les opérations de dévasement vont commencer en novembre grâce à l'arrivée de la drague aspiratrice la "Grande Mulette", qui va extraire les sédiments accumulés au fond du fleuve.

Le lit du fleuve s'est beaucoup envasé, donc l'eau déborde plus régulièrement, explique Élodie Libaud, responsable départementale du service gestion de l'eau.

© DR

La grande mulette, une drague conçue pour cette opération

Cette drague dispose d’un bras muni d’une fraise qui désagrège la vase. La vase est ensuite aspirée et mélangée avec l’eau par une pompe puis refoulée dans une canalisation flottante.

Installation de lagunes de stockage

En attendant le travail de dragage qui va débuter mi-novembre, un appel d'offre a permis de recruter une entreprise pour la construction des lagunes de décantation, afin de stocker les sédiments qui seront extraits du fleuve.

Un clarificateur, lui, réceptionnera les eaux décantées issues de ces bassins et permettra de rejeter vers la Charente des eaux totalement dépourvues de sédiments.

Sur 28 hectares, 2 bassins de décantation recevront les sédiments issus du fleuve

Les bassins de décantation réceptionnent la mixture (sédiments + eau) issue de la drague la Grande Mulette. - © departement17

Les agriculteurs récupèreront les sédiments

Véritable défi technique respectueux de l'environnement, un système ingénieux permettra d'utiliser les vases extraites de la Charente pour valoriser les terres agricoles.

Il y a une attente importante des agriculteurs localement pour récupérer ces sédiments, explique Élodie Libaud.

Très peu organiques, ils apporteront aux sols une excellente réserve en eau. Ainsi, après chaque campagne de dragage, lorsque les sédiments seront suffisamment secs, ils seront transportés vers des terres agricoles.

Un chantier de 6 à 8 ans

À terme, ce sont 600 000 m3 de sédiments qui seront retirés du fleuve et ce, en plusieurs campagnes annuelles, de début novembre à fin mars.

7M€ c'est le coût des travaux de l'opération