Publiée le 29 juillet 2022

Actualité

Barzan : les Fabuleux Mercredis reviennent au Fâ

Jusqu'au 17 août, découvrez plusieurs spectacles autour du cirque, de la musique, du théâtre ou des arts de la rue.

© JOHANN-ROUSSEAU

Les Fâ-buleux Mercredis de Barzan

Le théâtre antique du site gallo-romain du accueille cet été une série d’événements gratuits : les mercredis 3, 10 et 17 août au théâtre du Fâ à partir de 19h.

en août
 

  •     Mercredi 3 août à 19h : Orchestre de Tamburas « Batorek » (Production: Eurochestries)
    « L’Ecole de Tambura « Batorek », est une école spécialisée dans l’enseignement de la guitare et de l’instrument traditionnel croate : la tambura, qui ressemble à la mandoline. Fondée en 1993 par son directeur Franjo Batorek, elle est située à Osijek, en Croatie. Le répertoire de l’orchestre est composé d’œuvres de compositeurs croates créées spécialement pour les orchestres de tamburas, de musique traditionnelle croate, ainsi que d’œuvres classiques mondialement connues qui ont été transposées pour orchestre de tamburas. »
Orchestre-de-Tamburas-Batorek - © DR
  • Mercredi 10 août à 19h : Bayzic Gospel (Production ECMA).
    Une rencontre entre le Gospel, la soul et la Pop. Lorsqu’un métissage musical prend vie entre un piano et 3 voix… 
    x
    Bayzic Gospel
  • Mercredi 17 août à 19h : Ensemble National de Reggae
    Le 1er groupe de Reggae qui marche ! Métissage entre une fanfare et un groupe de reggae l’Ensemble National de Reggae peut jouer à peu près n’importe où ! Accompagné de sa sono mobile et autonome l’E.N.R Interprète les plus grands standards reggae.

le fâ : retour à l'époque Gallo-Romaine 

Situé à Barzan, à 15 kilomètres de Royan, et à proximité de Talmont-sur-Gironde, le site archéologique du Fâ abrite une cité antique : un grand espace de plus de 40 hectares qui a été reconnu dans les années 70 grâce à l'archéologie aérienne. 
Qui pourrait imaginer un seul instant que ce village fût, il y a 2 000 ans, une grande ville portuaire, dont les vestiges de 2 quartiers emblématiques sont encore bien visibles : les thermes qui avaient la particularité d'être chauffés par le sol, et le sanctuaire, qui culminait à 55 mètres au-dessus du fleuve.