Publiée le 12 janvier 2018

Actualité

Archive du mois : une procédure criminelle en 1805.

Mais quelle affaire nécessita la réalisation d’un tel plan ?

© ad17

Les archives judiciaires sont riches d’anecdotes et de documents insolites qui ont servi de pièces à conviction. Le fonds du tribunal criminel n'y fait pas exception. Ancêtre de la cour d’assises, il juge les crimes les plus graves : meurtres, agressions sexuelles, violences et voies de fait sur des personnes, vols.

Ainsi, trouve-t-on dans un dossier de procédure criminelle (2 U 1/163) un « Plan et toisé d’une partie de la route de La Rochelle à Paris et les chemins conduisent [sic] au moulin de Chaniolet » (50x29 cm) réalisé par le conducteur principal de la division de La Rochelle des Ponts et Chaussées le 12 vendémiaire an XIV (4 octobre 1805).

Ce plan aquarellé nous offre une des premières représentations graphiques des secteurs de Chagnolet (Dompierre-sur-Mer) et de Puilboreau, six ans avant la levée du cadastre napoléonien.

La légende interpelle par ses mesures en toises et en mètres, unité de mesure encore récente, instituée par décret de la Convention nationale le 1er août 1793. En effet, l’instauration du système métrique souleva de nombreuses réticences ; une agence temporaire des poids et mesures chargée de mener à bien le remplacement des anciennes mesures par les nouvelles dut même être créée (loi du 18 germinal an III / 7 avril 1795). Mais quelle affaire nécessita la réalisation d’un tel plan ?

 

La victime, les faits, le procès....Voir l'intégralité du Document du Mois sur le site des Archives départementales